Loïc Chetout

 

_M8I4840
_M8I4627
_M8I4596
_M8I4491 color
_M8I4453
_M8I4212 color
_M8I4121
Loïc Chetout

 

Gentleman Racer

Peut-on être élégant au guidon de son vélo ? La question a surgi entre
pintxos et sagarno dans le bureau de Basque International (un bar
d’Hondarribia). On parlait alors déplacement, dans les villes du Pays
Basque (et d’ailleurs) toujours plus engorgées par le trafic automobile.
De la nécessité de prendre son vélo pour des courts trajets, même
lorsqu’il s’agit de se rendre à une soirée bien habillé ou pour un rendezvous
de travail. Pour répondre par l’image à cette question, il nous
fallait un profil bien particulier. Par chance ce professionnel du vélo
et athlète habite le Pays Basque. Son nom Loïc Chetout. Le coureur de
l’équipe Cofidis cultive sa différence par une image légèrement décalée
et toujours très classe. Loïc est celui par qui la « hipster attitude » est
entrée dans le peloton professionnel (et si traditionnel) du world tour.
La proposition d’un shooting l’a enthousiasmé. Le modèle avait dit oui,
fallait-il encore trouver le décor du Gentlemen Racer. Loïc suggéra :
« Allons à Saint Sébastien. Si je devais vivre dans une ville en Espagne,
ce serait là-bas. Il y a une atmosphère, une façon de vivre particulière
dans cette ville. Elle est classe. Et c’est une ville faite pour le vélo, avec
un centre-ville plat, des rues étroites, de nombreux sens uniques, une
ville difficile d’accès ou le stationnement en voiture est quasiment
impossible. »
Pour le shooting, Loïc est venu avec son fixie, ou pignon fixe. Le fixie,
ce vélo qui a propulsé le deux-roues au rang d’objet de mode au début
des années 2010. Ici pas de frein, ni de dérailleur. Un cadre, un guidon,
deux roues et une transmission fixe. Les lignes sont épurées, tellement
géométriques, rien ne vient heurter les trajectoires fines. « Ce genre de
vélo a été imaginé par les coursiers de New-York dans les années 1970,
explique Loïc. Ils voulaient un outil de travail fiable. Ils ont enlevé les
freins et le dérailleur pour obtenir la machine parfaite, sans problème
mécanique. Avec la transmission directe, vous pédalez et la roue arrière
entraîne le vélo, vous arrêtez de pédaler, la roue arrière se bloque et le
vélo freine. C’est simple mais cela nécessite quand même une grande
anticipation ».
Que ce soit dans le vieux Donostia, sur les grands boulevards ou sur la
plage, Loïc Chetout affirme son élégance au guidon de son fixie. Évident
sous l’objectif… Mais dans la vraie vie, Loïc. Celle du trafic, des pots
d’échappement, de la pluie, peut-on réellement être gentleman racer
au quotidien ? « En pignon fixe, cela demande une certaine formation.
Mais avec l’évolution et surtout l’apparition du vélo électrique, le vélo est
devenu un moyen de transport moderne et adapté à la ville. » On peut
donc soigner son style tout en enfourchant son deux roues. D’autant plus
facile qu’aujourd’hui les marques ont intégré la tendance. Les designs
des vélos sont si variés qu’il en existe forcément un à votre image. Même
les grandes marques de vêtements, en imaginant des lignes de tenue de
ville spécialement conçues pour la pratique du vélo, se sont mises à la «
la folie de la bicyclette ».

Texte: Marc Dufreche
Photos: Taki Bibelas